- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 22 janvier 2017

Debout, Albanie!




La maison n'est pas fondée sur le sol, mais sur la femme.

Proverbe albanais.

Certains Albanais, disons plus rugueux, y rajoutent “d'ailleurs, on parle de terre battue




Bonjour à toutes et tous!


La racine indo-européenne *stā-, “être debout”.

Jusque là…

Ah oui, j'allais oublier!




*stā-, c'est clair, on la tient bien.

Nous avions commencé son étude le 25 septembre 2016, et on n'en a toujours pas fait le tour...




Bon, refaisons vite une récapitulation de ce que l'on en sait déjà, ça s'impose.
(Rien que pour moi, c'est déjà ça.)

Récapitulation du Procez du Vicomte de Goesbriand
contre le Marquis de Ksauson

Nous avons vu que de *stā- nous seraient arrivés, notamment:

fauteuil, steed, stud

un fauteuil pour (*steh) deux, dimanche 25 septembre 2016

ester, étable, établir, étage, stable, stage, station
l'étage, là, au-dessus de l'étable, il est vraiment stable?, dimanche 2 octobre 2016

estance, estancia, étai, étançon, stake, stance, stanza
María-Felicia García a passé son enfance dans une estancia, dimanche 9 octobre 2016

certaines formes du verbe être
Être ou ne pas être, cogito ergo sum, et toutes ces sortes de choses..., dimanche 16 octobre 2016

estate, état, état-major, state, statue, statuer, stature, statut
La Statue de la Liberté? Aux Etats-Unis., dimanche 23 octobre 2016

arrêté, arrêter, circonstance, constant, étancher, reste, rester
un article de circonstance..., dimanche 30 octobre 2016

constater, contraste, cost, coût, mais PAS l’anglais rest
quel contraste, entre le coût constaté de la vie et le discours des politiciens..., dimanche 6 novembre 2016

armistice, assister, interstice, persister, résister, se désister, subsister
résister, persister... Ces mots prennent à présent toute leur valeur., dimanche 13 novembre 2016

constituer, destituer, instituer, instituteur, prostituer, restituer, rite, statut, substituer, superstition
la prostitution, comme substitut à la superstition?, dimanche 11 décembre 2016

consubstantiel, distance, distanciation, instamment, instance, instant, instantane, substance, substantif, substantifique
“Et c'est dans ma chevelure ébouriffée, Qu'il va le plus me manquer”: ici-aan, vous voyez, l'actrice-aaan se met en danger-aaan en se distanciant du texte-aaan., dimanche 18 décembtre 2016

nonobstant, obstacle, obstétricien, obstétrique, ôter
Un bien drôle de Noël..., dimanche 25 décembre 2016

-stan, stir, старый
trop remuant, le vieux Russe fut mis en prison en Ouzbékistan, dimanche 1er janvier 2017

étaim, étamine, stamina
chacun chez soi, et la laine des moutons sera bien cardée, dimanche 8 janvier 2017

estaminet, stalag, Stammcafé, stammer, stem, stom
Quel était le nom du Stammcafé de Michel Delpech?, dimanche 15 janvier 2017


C’est là qu’on en était resté.

Cette racine est tout bonnement incroyable.


Pour l’article de ce dimanche, je voulais un peu sortir des sentiers battus.

Vous proposer un article à la forme et au contenu différents de ce que je vous livre habituellement.
Et vous parler d'une langue que j’aborde finalement rarement.

L’albanais.

Oui, car, croyez-le ou non, l’albanais est une langue indo-européenne, de la branche Centum.
Centum? Hello, il y a quelqu'un à la maison?

Cette notion capitale de Centum ne vous dit RIEN? Mais enfin?? Relisez ceud mìle fàilte chez les Tochariens (A), c'est tout ce que je peux vous dire. J’insiste. Et je vérifierai.

Mais, de quel groupe linguistique fait-il partie? 
Euh… En fait - comment dire... -, l’albanais, euh... de par ses caractéristiques .... spécifiques, forme ... un groupe .... à lui tout seul

source: http://new.multitree.org/trees/id/19655

Oui, c’est un peu le Rémy Bricka des langues indo-européennes. (et je vous rassure tout de suite: non, je ne vous infligerai pas une vidéo de l’homme-orchestre à la fin de l’article. Même si c'est vraiment tentant. Ne me poussez pas.)



Notez que l’albanais n’est pas la seule langue indo-européenne à former un groupe à elle toute seule: il y a aussi l’arménien, et le grec. Il s’agit en réalité des seules langues survivantes au sein de leurs groupes respectifs.

Et pour tout vous dire, on s’échine encore à essayer de rattacher l’albanais à l’un ou l’autre groupe, car cette langue si particulière présente malgré tout des traits communs avec les langues germaniques et celles du groupe balto-slave. Et a aussi beaucoup emprunté au latin.

Même si sur le schéma plus haut, on fait dériver en droite ligne l’albanais (ou en tout cas le proto-albanais) de l’indo-européen commun, il semblerait, selon les dernières études, qu’il dériverait plutôt d’une langue paléo-balkanique non-définie, ou carrément inconnue ; certains le rapprochent ainsi des langues thraces ou illyriennes. Mais il faut bien dire qu’on ne sait pas grand-chose non plus de ces dernières. 
(Mais franchement, qui ça peut intéresser, les langues thraco-illyriennes? Je vous demande un peu...)
Un vinaigre balsamique
tellement vieux qu'on
pourrait le qualifier
de paléo-balsamique

L’albanais, qui compte encore plus de cinq millions de locuteurs - cinq millions selon la police, plus de huit millions selon les organisateurs -, n’existe plus, en gros, que sous deux formes, deux grands dialectes: le gegë (le guègue) et le toskë (le tosque). 

Entre les deux, telle une formidable isoglosse ...,
- Isoglosse, maisje?
- Je vous l'avais dit, pourtant, qu'il fallait relire ceud mìle fàilte chez les Tochariens (A)! Non? Ah là là...
le Shkumbin, fleuve dont la source se situe dans les montagnes -  ce qui est, somme toute, assez fréquent, mais bon -, au sud-ouest du lac d’Ochrid, et qui se jette dans la mer Adriatique au nord-ouest de Divjakë.
Je vous jure, je n’invente rien.
Ah, le grand, le beau, le majestueux Shkumbin
Au-dessus du Shkumbin, en rouge, le guègue, et au-dessous, le tosque

Ils sont comme ça, les Albanais: mettez-les près d'un fleuve, sur une des rives il parleront le guège, et sur l'autre le tosque

C'est d'ailleurs une astuce bien connue, à retenir si vous vous perdiez à Bruxelles: demandez-y votre chemin à un représentant de sa petite communauté albanaise: s'il vous répond en guège, c'est que vous êtes sur la rive est du Canal de Willebroek, s'il vous répond en tosque, c'est que vous êtes sur la rive ouest. Imparable 

Oui Monsieur.
Certains ont une Seine ou une Tamise, nous on a le canal de Willebroek.

Offrez un poisson pêché dans le canal de Willebroek à un pauvre,
il sera malade un jour.
Apprenez-lui à pêcher dans le canal de Willebroek, il sera malade toute sa vie

Les grandes différences entre le guègue et le tosque?

Outre des différences de vocabulaire, 
le guègue se caractérise par l’emploi de voyelles nasales (oui, comme en liégeois - les Belges me comprendront), et par l’absence de rhotacisme.
Un doute sur le rhotacisme? C’est ici que ça se passe: rhotacisme? Moi je n'aime pas ce garçon
Quand au tosque, il se distingue par l’absence de voyelles nasales
(contrairement au liégeois, où toutes les voyelles sont nasales, et même en fait toutes les consonnes, et aussi tous les signes de ponctuation), 
et par l'emploi du rhotacisme.

D’autres questions?


Eh bien - et voilà enfin où je voulais en venir -, en albanais, le verbe shtãj, “être stable, arrêter”, dériverait de notre *stā-, via le proto-albanais *stan-.

Et pour être précis, à sa source, on trouverait une forme suffixée de notre *stā- bien-aimée*stā-no-, qui aurait pu être vraisemblablement un adjectif verbal (un participe - présent ou passé - employé comme adjectif)


Tiens, tout à l'heure, je vous parlais de l'arménien...
Eh bien, en arménien, notre *stā- a donné le verbe stanam, “se lever” (mais oui: se mettre debout).


Bon ben voilà.
On va en rester là.

- Mais, mais??? Quoi, Tout ça pour ça??
- Ah, bonjour, et bon dimanche à vous aussi!
Oui. Hélas, mes activités professionnelles sont bien présentes, et m'empêchent de passer plus de temps sur le blog.
Je suis à nouveau en train d'étudier, en plus ; ça ira mieux... plus tard.



On se retrouve dimanche prochain?

D'ici là, portez-vous bien!
Je vous souhaite un très beau dimanche, et une très très belle semaine!



Frédéric

Attention, ne vous laissez pas abuser par son nom:
on peut lire le dimanche indo-européen CHAQUE JOUR de la semaine!
(Mais de toute façon, avec le dimanche indo-européen, c’est TOUS LES JOURS dimanche…).


Allez, on se quitte avec un court morceau du compositeur albanais Aleksandër Vezuli, 
la Rhapsodie albanaise pour orchestre symphonique.

Morceau intéressant à plus d'un titre, car rassemblant des influences slaves, de la musique folklorique albanaise, et un soupçon de romantisme germanique.

(Surtout, baissez le volume. Je vous aurai prévenus)



LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...